X

Techniques de procréation assistée

L’équipe médicale d’ovo fertilité a été à l’origine de 2 premières mondiales qui ouvrent de nouveaux horizons aux couples souffrant d’infertilité :

  • le succès d’une FIVn en utilisant du sperme épididymaire : la FIVn devient une alternative thérapeutique simple pour les couples dont le conjoint a subi une vasectomie (mai 2004)
  • le succès d’un don d’ovule prélevé en cycle naturel : la FIVn devient un outil facilitant le don d’ovule (avril 2007)
  • Académie

  • Demande d’information (Accueil)

    Fields marked with an * are required

    Choisissez le département qui vous intéresse

    Insérez vos informations svp

img_clinique_salle_ovofertilite_3

INDUCTION DE L’OVULATION

Le suivi de l’induction de l’ovulation et des rapports sexuels programmés est souvent le traitement initial de l’infertilité d’un couple. En effet, une grande partie des problèmes d’infertilité sont liés à un déséquilibre hormonal, responsable d’un trouble de l’ovulation. Certains médicaments peuvent aider à rétablir ce processus naturel.

Si nécessaire, un spécialiste d’ovo fertilité effectuera un monitorage de votre ovulation à l’aide de l’échographie, afin de déterminer le moment idéal où vous et votre conjoint devrez avoir des rapports sexuels. Pour certaines patientes, une injection d’hormone chorionique gonadotrophique (hCG) peut être administrée pour déclencher l’ovulation.

 

 

Développement et implantation de l’embryon

Developpement_implantation_embryon

Image © Dr. J. Herrero Garcia, provided by EMD Serono, Canada

 

Pompe LHRH pour les aménorrhées centrales

La pompe L.H.R.H. est disponible et le médicament est remboursé par le régime d’assurance médicale. Ce traitement s’adresse aux femmes qui ont des problèmes d’aménorrhée suite à l’arrêt du fonctionnement de la glande hypophysaire. Grâce à l’utilisation de la pompe L.H.R.H. nous pouvons reproduire le cycle naturel qui conduit à l’ovulation d’un ovule unique. Les risques de grossesses multiples et d’hyperstimulation ovarienne sont quasi-inexistants.

INSÉMINATION ARTIFICIELLE (IIU)

L’insémination artificielle consiste à l’introduction artificielle de sperme (provenant du conjoint ou d’un donneur) directement dans la cavité utérine à l’aide d’un cathéter de plastique souple. Cette procédure indolore permet de franchir le col de l’utérus et d’amener les spermatozoïdes plus près des trompes de Fallope où se produit la fécondation, augmentant ainsi les chances de grossesse. L’insémination est généralement conseillée comme traitement de « première intention » pour les couples dont l’infertilité est inexpliquée ou en présence d’un léger facteur masculin d’infertilité.

 

 

On débute généralement le traitement d’insémination par une médication pour stimuler les ovaires (induction de l’ovulation). Il y a également un suivi échographique pour évaluer l’évolution du traitement et planifier la date de l’insémination. L’ovulation est déclenchée par médication et on procède à l’insémination dans les 35 à 40 heures suivantes. Votre conjoint nous donne un échantillon de sperme le matin qui sera lavé et concentré, puis nous procéderons à l’insémination à l’intérieur de l’utérus à l’aide d’un cathéter par le col.

 

 

Insémination intra-utérine (IIU)

Insemination_intra-uterine
Image © Dr. J. Herrero Garcia, provided by EMD Serono, Canada

FÉCONDATION IN VITRO (FIV)

La fécondation in vitro en cycle naturel (FIVn) a été à l’origine du premier bébé éprouvette né en Angleterre il y a plus de 35 ans. Les caractéristiques naturelles (adaptation au cycle ovulatoire naturel de la femme) et peu invasives (pas de stimulation des ovaires à l’aide de médicaments) de la FIVn en font un traitement privilégié. Cette technique peut être remplacée par la FIV après stimulation des ovaires, dont le principe est de produire plusieurs ovules à l’aide de médicaments, et qui est nécessaire pour beaucoup de couples infertiles.

À la pointe de la recherche et de la technologie, l’équipe médicale d’ovo fertilité contribue à l’innovation dans les traitements de procréation assistée.

 

 

QU’EST-CE QUE LA FÉCONDATION IN VITRO ?

La fécondation in vitro est la fécondation des ovules par les spermatozoïdes à l’extérieur du corps, soit en laboratoire. Dans la majorité des cas, une médication qui stimule les ovaires sera prescrite dans le but de produire plusieurs follicules. Les ovules seront prélevés, puis fécondés en laboratoire par les spermatozoïdes pour créer des embryons. 2 à 5 jours plus tard, un ou plusieurs embryons seront ensuite transférés dans l’utérus de la femme. Les embryons surnuméraires pourront être congelés pour être transférés ultérieurement.

 

 

Récupération des ovocytes

Recuperation_des_ovocytes

Image © Dr. J. Herrero Garcia, provided by EMD Serono, Canada

 

 

Fécondation — fécondation in vitro (FIV) et injection intracytoplasmique d’un spermatozoïde (ICSI)

Fecondation-in-vitro

Image © Dr. J. Herrero Garcia, provided by EMD Serono, Canada

CYCLE STIMULÉ

Les ovaires de la femme sont stimulés à l’aide d’injections hormonales qu’elle se donne afin de produire plusieurs ovocytes (ou ovules). Le processus de stimulation dure entre 2 et 5 semaines. La logique derrière la stimulation est que plus il y a d’ovules obtenus, plus le nombre d’embryons produits sera élevé, et plus on pourra effectuer facilement un choix pour le transfert.

Durant cette période, il y a un suivi, par échographie, de la croissance des follicules. On peut prévoir de 2 à 4 échographies, selon le besoin.

Une fois la stimulation complétée, on procède à la ponction des ovules contenus dans les follicules, transvaginalement, sous anesthésie locale et sédation intraveineuse. On recueille le maximum d’ovules pour les conserver en laboratoire et les mettre en contact avec les spermatozoïdes recueillis le même jour.

2 à 5 jours plus tard, on effectue le transfert d’embryon obtenu en laboratoire dans l’utérus de la patiente pour qu’il s’y implante. Les embryons surnuméraires pourront éventuellement être congelés. Des médicaments seront nécessaires après le transfert d’embryon pour améliorer l’implantation. Deux semaines après la ponction d’ovules, il y a un test de grossesse pour vérifier si l’implantation a réussi.

 

 

Transplantation embryonnaire

Transplantation_embryonnaire

Image © Dr. J. Herrero Garcia, provided by EMD Serono, Canada

CYCLE NATUREL FIVn

En FIVn, l’ovule sélectionné naturellement au cours du cycle menstruel est récupéré après un minimum d’intervention médicale, puis fécondé en laboratoire, pour enfin être transféré dans l’utérus une fois devenu embryon. Ainsi, cette méthode est plus douce que le traitement classique, car elle exclut la stimulation des ovaires à l’aide de médicaments, elle élimine les effets secondaires liés à la stimulation ovarienne en plus d’annuler le risque de grossesses multiples à l’exception des grossesses monozygotes (jumeaux identiques).

Le risque de syndrome d’hyperstimulation ovarienne est annulé par l’absence même de stimulation. On notera également la possibilité de réaliser des cycles consécutifs.

 

Indications de la FIVn

En général, la FIVn est offerte aux patientes ayant des cycles réguliers, avec une réserve ovarienne normale et ayant au plus 37 ans.

La FIVn semble être également une alternative intéressante pour certaines populations de patientes ayant un mauvais pronostic avec la stimulation ovarienne.

La FIVn est aussi une alternative judicieuse pour les femmes ayant un antécédent de cancer hormonodépendant chez qui on veut absolument éviter des stimulations ovariennes.

Les avantages de ce traitement peu invasif sont incontestables et la méthode devrait être utilisée davantage, le plus souvent possible selon nous. La FIV avec stimulation demeure néanmoins un outil indispensable pour beaucoup de couples infertiles, en particulier lorsque l’âge de la femme dépasse 35 ans.

 

Inconvénients de la FIVn

Les détracteurs de la FIVn lui reprochent une surveillance quotidienne très contraignante avec l’angoisse d’une ovulation prématurée, un taux élevé d’annulation de cycle, la nécessité pour les équipes de se rendre disponibles nuit et jour, un taux élevé de ponction sans recueil ovocytaire, et aussi un taux d’annulation de transfert d’embryon. De par l’unicité de l’ovule un transfert est effectué dans environ 50% des cycles débutés. S’il y a transfert, les patientes obtiennent une grossesse dans 36% des cas.

 

 

ICSI et développement de l’embryon

ICSI_developpement_embryon

Image © Dr. J. Herrero Garcia, provided by EMD Serono, Canada

DON D’OVOCYTES

La première grossesse résultant d’un don d’ovules a été réalisée en 1983. Le don d’ovocytes joue un rôle primordial en médecine de la reproduction, puisqu’il est utilisé pour traiter différents problèmes d’infertilité. Les indications pour une patiente qui doit envisager le traitement par don d’ovocytes pourraient être une ménopause prématurée, la présence de facteur de risque élevé d’une transmission de maladie génétique chez la mère, une perte ou un déclin de la fonction ovarienne, une qualité ovocytaire pauvre à répétition, ou simplement l’âge maternel avancé moins fréquent.

Actuellement, suite à l’entrée en vigueur de la Loi canadienne en mai 2004, il devient de plus en plus difficile de recruter des donneuses pour faire don de leurs ovules. La Loi précise qu’il est interdit de rémunérer une donneuse pour ses ovules. On ne peut que compenser ses dépenses sous présentation de facture. En conséquence, le don d’ovules est un geste altruiste.

Ainsi, pour des raisons légales, il devient difficile d’encourager des femmes à devenir donneuse. En revanche, notre liste d’attente des patientes qui souhaitent obtenir un traitement par don d’ovules pour enfin connaître la maternité ne cesse de s’allonger.

img_laboratoire_ovofertilite_2

Une femme intéressée à devenir donneuse doit d’abord être âgée de 35 ans ou moins. Elle doit rencontrer un médecin de la clinique pour connaître la procédure détaillée et faire des tests préparatoires au don d’ovules. Lors d’un don anonyme, l’identification de la donneuse est complètement cachée  et ne sera jamais révélée au couple receveur.

Certains tests préparatoires sont d’ordre génétique, et sont exigés pour s’assurer qu’il n’y aura pas de transmission de maladie génétique; les autres sont des tests sanguins infectieux pour la donneuse, pour la receveuse ainsi que pour le conjoint de la receveuse. Ils devront également rencontrer la psychologue afin de compléter leur décision de façon très éclairée et d’être bien préparés aux questions légales et psychologiques qui peuvent résulter du don.

Une fois que tous les résultats des tests sont satisfaisants, la donneuse et la receveuse rencontrent de nouveau le médecin. En cas de don dirigé, le traitement peut débuter très rapidement.

La donneuse, elle débute la prise de médicaments pour une période approximative d’un mois au cours duquel elle fera 3 à 5 visites de suivi, afin de vérifier par échographie l’évolution des follicules contenant les ovocytes. L’étape suivante consiste à prélever les ovocytes effectué par aspiration des follicules par voie vaginale, sous contrôle échographique, en ajoutant une fine aiguille au bout de la sonde, le tout relié à une pompe. L’intervention se pratique habituellement sous anesthésie locale une fois qu’un antidouleur ait été administré.

La durée du prélèvement est de 15 à 30 minutes et la patiente peut quitter 60 minutes plus tard.
Pour la receveuse, les ovocytes matures obtenus sont mis en contact avec le sperme de son conjoint et laissés en incubateur. De 3 à 5 jours plus tard, les embryons choisis sont replacés dans son utérus à l’aide d’un cathéter souple, toujours sous contrôle échographique. Deux semaines plus tard, un test de grossesse est effectué à la clinique ovo.

 

Les taux de succès sont élevés, soit 45%-50% pour un transfert d’embryon. Des centaines de femmes qui souhaitent connaître la maternité ne peuvent compter que sur la générosité d’autres femmes, peut-être comme vous. Alors en leur nom, nous vous remercions de simplement porter attention à cette cause, peu importe votre décision de poursuivre ou non les démarches.

Si vous avez besoin de plus d’informations, n’hésitez pas à laisser un message sur la boîte vocale de l’infirmière en charge des dons d’ovocytes au 514 798-2000, poste 132. 

OVULES CONGELÉS

Si vous ne trouvez pas de donneuse altruiste connue, et que vous préférez faire le cycle de don d’ovules au Québec, il est possible pour vous de commander des ovules vitrifiés (congelés) provenant de donneuses américaines.  Les ovules seront envoyés à notre clinique et seront réchauffés sur place et fertilisés avec les spermatozoïdes. Vous aurez donc votre transfert d’embryon chez ovo. Veuillez contacter le département de don d’ovules pour de plus amples renseignements.

DON D’EMBRYON

Cette option sera disponible sous peu dans notre clinique. Veuillez contacter le département de don d’ovules pour de plus amples renseignements.

DON DE SPERME

Dans certains cas, des patients présentent un résultat de spermogramme azoospermique, c’est-à-dire que leur système ne produit aucun spermatozoïde. Il n’y a donc aucune possibilité que leur conjointe devienne enceinte sans l’aide d’un donneur.

Pour certaines femmes, recourir à l’insémination avec sperme de donneur est la seule solution pour concevoir.

Tous les échantillons sont obligatoirement congelés 6 mois avant d’être utilisés, ceci afin de vérifier qu’ils ne sont porteurs d’aucune maladie infectieuse transmissible.

Dans le but de limiter tout risque de consanguinité dans la population, un don de sperme ne peut donner naissance qu’à 10 enfants maximum.

INFERTILITÉ MASCULINE

Dans 40 % des cas, l’infertilité masculine est à l’origine ou contribue à l’infertilité du couple. L’urologue andrologue joue donc un rôle fondamental dans la prise en charge de l’infertilité masculine. ovo fertilité offre des services de chirurgie de la reproduction masculine.

 

 

Pathologie des testicules et du canal séminal

Pathologie_testicules_canal_seminal

Image © Dr. J. Herrero Garcia & Dr. Simon Marina, provided by EMD Serono, Canada

 

 

TECHNIQUES DE PRÉLÈVEMENT DE SPERMATOZOÏDES

Lorsque l’homme a une azoospermie (absence de spermatozoides dans l’éjaculât) ou lorsque la qualité de l’éjaculât est très insuffisante, on peut prélever les spermatozoïdes directement dans l’épididyme ou dans le testicule. Ces techniques sont couplées à une procréation assistée (FIV – ICSI).

 

Le prélèvement transcutané des spermatozoïdes épididymaires (PESA)

Cette technique peut être conseillée en cas d’azoospermie obstructive lorsque les spermatozoïdes sont existants et matures, mais n’arrivent pas à sortir de l’épididyme, parce que, par exemple, les canaux déférents sont obstrués (e.g. suite à une vasectomie) ou totalement inexistants.

img_laboratoire_ovofertilite_3

Le prélèvement transcutané des spermatozoïdes testiculaire (TESA)

Cette technique peut être conseillée en cas d’azoospermie obstructive lorsque les spermatozoïdes sont existants et matures, mais n’arrivent pas à sortir de l’épididyme, parce que, par exemple, les canaux déférents sont obstrués (e.g. suite a une vasectomie) ou totalement inexistants.

 

Le prélèvement des spermatozoïdes testiculaire par microchirurgie (microTESE)

Le microTESE est la meilleure option pour les hommes souffrant d’azoospermie non obstructive, c’est-à-dire ceux dont la production ou la maturation des spermatozoïdes est insuffisante. Cette technique de microchirurgie permet au chirurgien d’identifier les régions où sont produits les spermatozoïdes.